top of page
von.jpg

Vonnegut

Difficulté **

Profondeur ***

Originalité ****

Emotions ***

Auteur de science fonction, Kurt Vonnegut développe ici un réalisme historique à peine teinté de fantastique, une des rares œuvres de la BE à se permettre cette transgression. Ce roman ressemble cependant à « Catch 22 »  de façon troublante : le contexte militaire réaliste, la folie des personnages et l’humour omniprésent permettent au lecteur un voyage léger parmi des soldats en souffrance. 

Cette grâce de l’auteur contribue à nous faire réfléchir sereinement sur les thèmes classiques de la grande littérature : mort, folie, guerre, temps qui passe. L’intrusion des extra-terrestres dans le récit n’est qu’un prétexte au découpage temporel du récit et l’auteur donne des pistes claires d’une interprétation psychiatrique de leur présence. Il fournit aussi avec les passages dédiés à la captivité du héros par les aliens une réflexion intéressante sur l’universalité des valeurs humaines, un recul bienvenu sur l’horreur de la guerre et des moments drôlatiques sur les différences culturelles.

Très agréable à lire, « Abattoir5 », dont le titre trompeur surestime la dureté alors que le sous-titre « La croisade des enfants », certes sardonique, est plus adapté, mérite cependant une lecture attentive pour en apprécier toutes les finesses. Ainsi ce récit déconstruit qui navigue à travers le temps pour mieux mettre en parallèle l’infinie diversité de la vie évoque pourtant un des actes les plus atroces commis par les alliés à la fin de la seconde guerre mondiale. Son antihéros traverse ainsi le pire de l’histoire, des moments universels et une expérience fantastique hors du commun.

 

Vonnegut établit ainsi un pont audacieux, facétieux et courageux, entre la littérature historique et le fantastique moderne pour créer un récit unique et brillant.

Abattoir 5

von.jpg

Vonnegut

Difficulté **

Profondeur ***

Originalité ****

Emotions ***

Auteur de science fonction, Kurt Vonnegut développe ici un réalisme historique à peine teinté de fantastique, une des rares œuvres de la BE à se permettre cette transgression. Ce roman ressemble cependant à « Catch 22 »  de façon troublante : le contexte militaire réaliste, la folie des personnages et l’humour omniprésent permettent au lecteur un voyage léger parmi des soldats en souffrance. 

Cette grâce de l’auteur contribue à nous faire réfléchir sereinement sur les thèmes classiques de la grande littérature : mort, folie, guerre, temps qui passe. L’intrusion des extra-terrestres dans le récit n’est qu’un prétexte au découpage temporel du récit et l’auteur donne des pistes claires d’une interprétation psychiatrique de leur présence. Il fournit aussi avec les passages dédiés à la captivité du héros par les aliens une réflexion intéressante sur l’universalité des valeurs humaines, un recul bienvenu sur l’horreur de la guerre et des moments drôlatiques sur les différences culturelles.

Très agréable à lire, « Abattoir5 », dont le titre trompeur surestime la dureté alors que le sous-titre « La croisade des enfants », certes sardonique, est plus adapté, mérite cependant une lecture attentive pour en apprécier toutes les finesses. Ainsi ce récit déconstruit qui navigue à travers le temps pour mieux mettre en parallèle l’infinie diversité de la vie évoque pourtant un des actes les plus atroces commis par les alliés à la fin de la seconde guerre mondiale. Son antihéros traverse ainsi le pire de l’histoire, des moments universels et une expérience fantastique hors du commun.

 

Vonnegut établit ainsi un pont audacieux, facétieux et courageux, entre la littérature historique et le fantastique moderne pour créer un récit unique et brillant.

Abattoir 5

bottom of page